L’ocytocine est une hormone qui est en particulier produite lors de l’accouchement et de l’allaitement. Cette hormone semble avoir des effets thérapeutiques intéressants pour les personnes souffrant de phobies sociales, d’une perte de confiance en eux ou d’un manque d’estime de soi.

Une étude, réalisée en 2012 par Angela Sirigu du Centre de neuroscience cognitive à Lyon, avait montré que l’administration d’ocytocine par voie nasale à 13 patients atteints du syndrome d’Asperger (une forme d’autisme) améliorait sensiblement les capacités de patients autistes à interagir avec les autres.
Depuis, plusieurs équipes de recherche à travers le monde étudient les effets thérapeutiques de l’ocytocine sur les troubles de la socialisation, faisant en particulier naître beaucoup d’espoir chez les parents d’enfants autistes.
D’après Angela Sirigu, l’ocytocine augmente la sociabilité de l’individu à travers un double mécanisme : en baissant le seuil de la peur et du stress provoqués par le contact social, et en favorisant l’émergence d’une conscience accrue de l’environnement social.

Une autre étude a été menée en double aveugle sur une centaine d’étudiants âgés de 18 à 35 ans, au Centre de recherche en développement humain de l’Université Concordia au Canada. Cette étude a montré que le même spray nasal d’ocytocine pourrait également avoir des effets thérapeutiques intéressants pour les sujets souffrant de phobies sociales ou d’une perte de confiance en eux. L’étude conclue en suggérant que l’ocytocine peut aider à la vie sociale en période de détresse, en augmentant la confiance en soi.

Si l’utilisation thérapeutique de l’ocytocine est très prometteuse, le risque est de l’utiliser pour régler des problèmes bénins de socialisation, que nous connaissons tous un jour ou l’autre. Prescrire de l’ocytocine à des personnes non malades, pour des troubles sociaux bénins, n’est pas une très bonne idée, précisent des chercheurs de cette même Université Concordia. En effet, selon l’étude qu’ils ont menée pour le compte de l’American Psychological Association, la prise d’une trop grande quantité d’ocytocine peut causer un excès de sensibilité aux émotions des autres.

Ceci concerne donc l’utilisation thérapeutique de l’ocytocine. Mais comment favoriser le déclenchement de cette intéressante hormone de manière naturelle ? Ce sera l’occasion d’un autre billet.

Cendrina Collet

Références
Les études cliniques confirment l’action thérapeutique de l’ocytocine sur les patients autistes
Stress-induced negative mood moderates the relation between oxytocin administration and trust : Evidence for the tend-and-befriend response to stress ?
Estime de soi et phobies sociales : la piste de l’ocytocine se précise
L’ocytocine peut causer une hypersensibilité chez les personnes en santé