Dans un petit village du sud de la France que je connais bien, un enfant de maternelle fait un malaise cardiaque. Un médecin arrive, fait son diagnostic et interroge les parents. La cause est vite trouvée : les parents donnent des biberons de Coca-Cola à leur enfant. On croit rêver. Pourtant, combien de parents nourrissent leurs enfants essentiellement de chips et de Coca ? Je n’ai pas de statistiques, mais il suffit de regarder autour de soi : beaucoup trop.

Une étude portant sur 2 929 enfants âgés de 5 ans a montré un lien entre la consommation de sodas et de nombreux problèmes de comportement chez les enfants.
Les chercheurs américains ont découvert que les enfants qui buvaient beaucoup de sodas étaient plus susceptibles d’être agressifs, d’avoir des problèmes d’attention, de se bagarrer et de détruire les biens d’autrui.
Parmi les enfants de 5 ans, 43% consommaient au moins un soda par jour et 4% en consommaient plus de 4 par jour. L’étude a relevé que ceux qui consomment quatre sodas ou plus par jour sont deux fois plus susceptibles d’être impliqués dans des problèmes de comportement que ceux qui n’en ont pas bu.

Pour éviter les facteurs qui pourraient expliquer les problèmes de comportement en dehors du fait de consommer des sodas, les chercheurs ont pris en compte d’autres facteurs, comme la situation socio-démographique, la violence conjugale et l’incarcération paternelle. Le lien entre la consommation de sodas et les problèmes de comportement a été confirmé, même lorsque ces variables étaient prises en compte.

Cela confirme les conclusions tirées d’études équivalentes chez les adolescents, où la consommation de sodas a été reliée à l’automutilation, à l’agressivité, à la dépression et même aux pensées suicidaires.

Deux composantes des sodas peuvent être particulièrement liées aux problèmes de comportements : le taux élevé de sucre dans le sang que ces boissons génèrent, et la caféine. La caféine chez les enfants et les adolescents a été associée au manque de sommeil, à la nervosité et à l’agitation, à l’impulsivité et à la prise de risque.
En dehors de la caféine, les autres composants présents dans les sodas pouvant créer des problèmes de comportement sont le sirop de maïs riche en fructose, l’aspartame, le benzoate de sodium et l’acide phosphorique ou citrique.

Puisque les sodas sont néfastes pour les enfants comme pour les adultes – elles ont été associées à l’obésité, aux maladies cardiaques, à l’asthme et plus encore –, il semble évident que les parents doivent limiter leur consommation et celle de leurs enfants, autant pour des raisons physiologiques que psychologiques.

Bruno Hourst

Références
Soft Drinks Consumption is Associated with Behavior Problems in 5-Year-Olds
Soda Contributes to Behavior Problems Among Young Children
Source
Soda Consumption Connected to Behavioural Problems