De la maternelle aux dernières années du secondaire, de nombreuses recherches suggèrent que certains élèves reçoivent des quantités excessives de devoirs à la maison, ce qui influe sur leur santé physique et mentale.
Nous ne parlerons pas ici du travail que doivent fournir les étudiants dans leurs études supérieures, où la charge de travail peut dépasser les 80 heures hebdomadaires – pendant que les adultes se disputent doctement sur les 35 heures, Code du travail à l’appui.

Une étude américaine a porté sur 4 317 élèves de 10 écoles secondaires très performantes accueillant des enfants de classe moyenne supérieure. Cette étude s’est intéressée aux relations entre les devoirs à la maison, le bien-être des élèves et leur engagement dans leurs études.
En moyenne, les élèves passaient plus de 3 heures par soir à faire leurs devoirs. L’étude a constaté que les élèves qui ont fait le plus d’heures de devoirs ressentent un plus grand engagement dans leurs études, mais montrent aussi plus de stress scolaire, plus de problèmes de santé physique et un manque d’équilibre dans leur vie.

L’étude constate aussi – d’une manière paradoxale – qu’elle avait trouvé peu de rapport entre la quantité de devoirs que les jeunes élèves doivent faire, et leur réussite scolaire. Le rapport est plus clair pour des élèves plus âgés. Pour expliquer cela, d’autres recherches suggèrent que les jeunes enfants ont une capacité limitée d’attention et de concentration, et n’ont pas appris de bonnes techniques d’apprentissage.

S’il est clair qu’une démarche d’activation et de renforcement de ce qui a été vu à l’école est souvent nécessaire dans le processus d’apprentissage, la question – complexe et controversée – reste posée : combien de temps les élèves devraient-ils consacrer à leurs devoirs chaque soir ?
Pour la maternelle et le primaire, nous avons rappelé ce qui est imposé par l’Éducation nationale – et peu suivi.
Il en est de même aux Etats-Unis : La National Education Association (AEN) et la National Parent Teacher association (NPTA) voudraient imposer toutes deux une norme de “10 minutes de devoirs par niveau”, avec un maximum en fin de secondaire de deux heures de travail par soir. Mais une étude a révélé que les enfants au début de l’école primaire ont environ trois fois plus de devoirs que la norme recommandée. En maternelle, les enfants ont en moyenne 25 minutes de devoirs par soir, alors que selon les normes demandées par l’AEN et la NPTA, ils ne devraient pas en avoir du tout.
Et, poursuit l’étude, les devoirs à la maison peuvent entraîner un stress familial, surtout lorsque les parents ont une éducation limitée et ne se sentent pas compétents pour aider leurs enfants dans leur travail.

Dans une interview au Monitor on Psychology, Denise Pope, chercheuse à la Standford Graduate School of Education, affirme que les élèves peuvent acquérir des compétences difficiles même avec moins de devoirs à la maison. Elle décrit un enseignant en biologie qui a considérablement réduit les devoirs qu’il donnait à ses élèves. D’abord, l’enseignant a réduit d’un tiers les devoirs, puis les a réduit de moitié. Les résultats aux contrôles n’ont pas changé.
"Vous pouvez avoir un cours rigoureux et ne pas surcharger vos élèves jusqu’à les rendre fous », a conclu Denise Pope.

Bruno Hourst

Références
Nonacademic Effects of Homework in Privileged, High-Performing High Schools
Is Too Much Homework Bad for Kids’ Health ?
Do kids really need homework ?