Une étude américaine à grande échelle a été menée auprès de plus de 10 000 élèves, et a montré qu’une visite d’une heure d’un musée d’art peut accroître l’empathie, la tolérance et la capacité de raisonnement critique chez les jeunes.

Dans la présentation de l’étude, les chercheurs constatent plusieurs choses concernant les sorties scolaires et les visites de musées d’art – je ne sais pas si leurs constatations sont totalement ou partiellement applicables en France :

  • Le voyage scolaire était un pilier de l’éducation publique américaine, pour visiter toutes sortes d’institutions culturelles, notamment des musées d’art, d’histoire naturelle et de sciences, ainsi que pour faire des sorties au théâtre, dans des zoos et sur des sites historiques. Les écoles supportaient volontiers les dépenses de ces visites, considérant que les écoles existent non seulement pour apprendre aux enfants des compétences économiquement utiles, mais aussi pour produire des êtres humains civilisés qui apprécieraient les arts et la culture, en particulier pour les élèves les moins favorisés socialement.
  • Aujourd’hui, les sorties éducatives culturellement enrichissantes sont en déclin. Les musées de tout le pays signalent une forte baisse des visites scolaires.
  • Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette réduction des sorties culturellement enrichissantes. Il y a bien entendu des facteurs financiers et des moyens plus limités. Mais les écoles considèrent de plus en plus les sorties comme une fioriture inutile du système éducatif : il vaut mieux consacrer plus de temps et d’argent à l’amélioration des performances des élèves en mathématiques ou pour la préparation des contrôles et des examens.
  • Également : lorsque les écoles organisent des sorties, elles choisissent de plus en plus d’emmener leurs élèves en voyage pour les récompenser d’avoir travaillé, plutôt que de leur offrir un enrichissement culturel. Elles emmènent les élèves dans des parcs d’attractions, à des événements sportifs ou au cinéma plutôt que dans des musées et des sites historiques. Ce passage de « l’enrichissement culturel » à des voyages « récompense » semble lié au changement générationnel des enseignants, qui voient maintenant les sorties essentiellement sous l’aspect du plaisir.

Les chercheurs se sont donc posés la question : si les écoles mettent moins l’accent sur les sorties culturellement enrichissantes, les élèves y perdent-ils quelque chose ? Comme il y avait étonnamment peu de preuves rigoureuses sur l’influence des sorties culturelles sur les élèves, ils ont monté une étude à grande échelle conçue pour mesurer ce que les élèves apprennent des visites scolaires d’un musée d’art. Et ils ont constaté que les élèves y apprennent beaucoup. Outre le fait de les aider à devenir des êtres civilisés en leur donnant le goût des arts et de la culture, ils ont remarqué que ces visites développent d’autres compétences : une pensée critique plus forte, une conscience historique accrue, un niveau plus élevé de tolérance.

L’étude a profité de l’ouverture d’un nouveau musée d’arts dans l’État américain de l’Arkansas, que de nombreuses écoles ont demandé à visiter. En établissant un calendrier précis des visites des écoles, en particulier en retardant la visite des écoles démographiquement similaires à celles qui visitaient le musée (afin de créer des groupes de contrôle), les chercheurs ont pu ainsi mener une étude sur les effets de l’art chez les élèves.

La visite du musée en elle-même était assez simple : elle durait une heure, et les élèves ont découvert cinq tableaux. En tout, la sortie durait environ une demi-journée.
Après les premières visites du musée, tous les élèves, y compris ceux qui n’y avaient pas encore été, ont été invités à répondre à des questions sur un tableau qu’on leur a présenté – et qu’ils n’avaient pas vu auparavant – pour évaluer leur façon de penser l’art. Ils ont également été testés sur leur conscience historique et sur la tolérance.
Les résultats ont montré que, par rapport à ceux qui n’avaient pas été au musée, les élèves qui l’avaient visité avaient développé plusieurs qualités :

  • Une réflexion sur l’art plus approfondie.
  • Une plus grande empathie sur la façon dont les gens vivaient dans le passé.
  • Un niveau plus élevé de tolérance envers les personnes ayant des opinions différentes.

En résumé : la visite du musée avait manifestement été une expérience enrichissante pour les jeunes. Et un fait intéressant complémentaire : les améliorations étaient plus importantes lorsque les élèves provenaient de milieux plus défavorisés.

Ces résultats confirment les intuitions des promoteurs de « L’éducation populaire » en France, pour qui l’éducation aux arts étaient un facteur essentiel pour permettre à chacun de s’épanouir et de trouver sa place dans la société.

Bruno Hourst


Références
The Educational Value of Field Trips
Art Elevates the Mind by Increasing empathy critical thinking and tolerance